Le réseau du vivant

 

 

Dans “le réseau du vivant”, Dorit continue d'explorer la condition humaine à travers les contes, en continuant de développer les thèmes et la recherche faite dansPoésie…”; le décor fonctionne comme une vue en plan dessiné sur le sol avec un narrateur pré-enregistrée en voix off;

“Le Réseau du vivant” se présente comme une parabole apparemment fictive où les deux personnages principaux, Manyuk l'orphelin et Gaia une femme-vivant-seule, avec leur “deux chiens intelligents” qui representent les gardiens de village, tandis que le reste des villageois sont les spectateurs. Ici, la notion d'isolement, la discrimination, la solidarité et l'amitié sont à la base de l'histoire.

 

Les sources d'inspiration pour la création du “Réseau du vivant” ont été tirée de la sociologie, mais aussi de la neuropsychologie; Pendant le processus de création Dorit a collaboré avec un neuropsychologue dans le but d'explorer les réactions des danseurs lors de tests physiques et mentaux, ce qui leur a permis d’etre reliés à la construction de leurs personnages.

 

Performance:. Angelina Deck, Antonios Vais, artistes invités: Stephanie LUHN, María de Dueñas López.

Dramaturgie: Barbara Duijfjes

Neuropsychologie: Dr V. Wijnen

Composition et son: Steven Vanwetswinkel, en collaboration avec Faido Compagnie.

Scénographie: Noud Verhave et Dorit Weintal

Narrateur: artistes Simon Rowe    Vidéo: Simon Rowe, Ron Bunzl dans collaboratoin avec Dorit Weintal

Design léger et technique: Roland van Ulden

La conception de costumes: Mariëtte Buiting

Production: Dansmakers Amsterdam, co production: Korzo Theater

Première: CaDance Festival, Den Haag, Les Pays-Bas