Dorit Weintal parcours 

 

(1972, Israel / Italie) est une chorégraphe-interprète, basée à Amsterdam, travaillant à l'échelle internationale en tant que choregraphe, danseuse et enseignante. Elle est titulaire d'une maîtrise en théorie des Arts et Architecture ("du structuralisme à la déconstruction en architecture» - Université de Tel Aviv, 2000).

Dorit a commencé sa carrière en danse acrobatique quand elle avait 5 ans, en rejoignant l'Institut Wingate en tant que gymnaste et plus tard de rejoignant l’ équipe professionnelle Maccabi, Tel-Aviv où elle commença à étudier également la danse classique. Apres l'extrême physicalité de gymnaste, elle décide de se consacrer à la danse, en joignant l'école de ballet et de danse moderne Bat- Dor à Tel-Aviv. En devenant danseuse freelance elle se forme dans les écoles de danse Talma Yalin, Susan Dallal et Bikurei HaItim. – Elle etudie la danse contemporaine; les Arts martiaux internes; l’improvisation / la composition; le Butoh; le Clown; ainsi que le mime.

Depuis son plus jeune âge, elle s’est immergée dans les arts créatifs: des sketches comique et des histoires courtes ouvriront la voie à ses travaux futurs sur scène. Durant cette période, elle étudia la peinture et les techniques de sculpture (-atelier  de Sculpture de Dani Reisner), et entre 1993 à 1996, elle a fait partie du «dialogue Portraits" (projet de collaboration en studio) dans un atelier partagé à Tel Aviv.

 

En Europe et en Israël, elle a collaboré et joué dans diverses conpagnies de danse, telles que Clipa Théâtre, Kenzo Kusuda, Simon Rowe (Le Ballet C. de la B. / Alain Platel), Elshout & Händeler, Yael Orni (Maguy Marin), centre Acco Théâtre , Simon McBurney, Gabriella Maiorino parmi d'autres. Depuis 2000, elle présente ses spectacles, des ateliers et des formations en Corée du sud; Europe; Israël; Afrique du Sud, en Asie du Sud-Est.

En 2003, elle co-fonde “the dam society” avec le chorégraphe Simon Rowe, plus tard, elle créé sa compagnie de danse-théâtre FAIDO.

 

Entre 2003 et 2009, le thème majeur dans le travail de la compagnie était l’exploration de l'instinct de survie dans un environnement hostile, en se concentrant sur le Moyen-Orient, et en collaborant avec des artistes palestiniens, le travil de recherche a été présenté à  l’Acco Theater Center, Festival Acco (2004) Israël, Halle Allemagne (2005), Festival Musho, Durban, Afrique du Sud (2007-2009), Masrahid Festival Solo arabe (2008), Dancing on the Edge Festival, Pays-Bas (2009), Jérusalem théâtre visuel (2005), Amsterdam Melkweg Theater (2007) , District 6 Theater, Cap Afrique du Sud (2008). Le thème a été exploré plus profondement en Afrique du Sud, lors de stages et  d’ateliers dans le “Townships” (ghetto africain) Jikeleza a Cap-Town, et à Durban (2007-2009). En 2010, elle présente une collaboration avec la danseuse néerlandaise-marocaine M.Larousi à Amsterdam. (Voir les productions: Crevettes, le rêve de Pulcinella, Episode Latte, Episode Milkshake, Sons d'Ici, Een Vrouw, Faido).

 

Depuis 2009, elle explore dans son travail la condition humaine à travers la narration, le récit. Dans le travail de recherche “Poesie sans mots”  l'accent est mis sur une cartographie architecturale servant de métaphore mentale et psychologique. Ce thème est developé dans la production “Le réseau de la vie” (2011).

 

Entre 2011 - 2013, elle travaille principalement en Corée du Sud; Elle y créé le diptyque: Bitneinu, Rasheinu, co-produit par le Festival International de Danse de Busan, et plus tard la première de “Beten” à l’université K-arts de Séoul -. En 2012, elle part en tournée avec le duo “Angels” toujours en Coré du Sud (Seoul Festival de Mullae, événement SDP Séoul, Donghaksa festival, Daejeo); Elle créé deux spectacles de danse différents pour K-arts: “M. J juniors”, et “un monologue de lapin”, Séoul. En 2013, elle présente sa nouvelle production “Les Maîtres du village” comme un travail en cours, la production K-arts, Séoul, et son recnt solo “Merci Jérôme”, dansé au festival International Dance Pocket (Juin) à Seoul. En 2014: elle commence à travailler sur ses nouvelle pièces: “Eh bien, nous allons tous en bénéficier” et le solo “l'habitant”.

 

Entre 2011 - 2013, elle est chorégraphe invité à l'Université nationale des Arts de Corée du Sud. Pendant cette période, elle est  jury invité au concours de danse contemporaine internationale, Séoul.

 

En 2014, elle co-initie le collectif AREA 59, une plate-forme destinée a la danse à Amsterdam, où des classes régulières, des soirées de présentation et des salons de discussions intellectuelles  ont lieu.

En 2015, elle a commencé à explorer le personnage principal  de sa toute nouvelle création – Pretexte, au moyen d'un film réalisé à PAF, St Erme avec la collaboration de Simone Giacomini (IT).  Cette recherche mènera à l'architecture de la nouvelle création d'un solo de danse multimedia intitulé Pretexte, où ce solo est un prétexte pour une performance sur l'observation (perception), les perspectives et une grande question : Que va t'il se passer.

Ce projet est une collaboration avec l'équipe de création multimédia de La Boîte (FR) et est structuré comme une performance de danse/live cinéma.

Ce travail a été développé au fil de différentes résidences en Europe en 2016, Torino Caos festival, Biella international performing arts festival, Glasslavel arts center Norway, Amsterdam Oostblok theater.

 

En 2017 (Jan. - Fev. résidence Amsterdam), le processus de création s'est concentré sur l'impact de la caméra sur le corps et sa résonance sur la perception du public. Ici, une collaboration avec la danseuse Anna Mikula(PL) a permis la réalisation par Dorit de deux films de 60'' inspirés par le projets Pretext :washing machine and corridor.

 

En 2017, l'équipe de Pretext (the Netherlands, France, Italia) construira la stature finale du Solo.

Elle participe à différents festivals de danse, et  d'improvisation à travers le monde.

photographie: Noud Verhave